« Penser le génome comme un bien commun »

Maintenant que nous avons développé des outils permettant de modifier de manière durable notre héritage génétique, il est temps d’en discuter sérieusement les conséquences. C’est ce que propose la philosophe Françoise Baylis, professeure à Dalhousie University, spécialiste de bioéthique et auteur de Altered Inheritance : CRISPR and the Ethics of Human Genome Editing.(1) Entretien.


(1) Héritage modifié : CRISPR et l’éthique de l’édition du génome humain, livre publié en anglais en Septembre 2019

dna 4068826 1280

Lire l'entretien (PDF)