« La guerre ne peut jamais s’identifier à la virtualité »

Entretien avec Dominique Lambert, par Romina Rebois

Comment définir correctement et juridiquement un état de guerre algorithmique ? Pour Dominique Lambert, professeur de philosophie des sciences à l’Université de Namur, il faut se faire à l’idée que la guerre ne se fait plus seulement sur des théâtres géographiques d’opération mais également dans le cyberespace. Autrement dit dans un espace individuel et social bien plus intime et bien plus accessible qu’il ne l’a jamais été. Et dans cet univers virtuel, comme sur le champ de bataille, les effets de la guerre sont bien réels.

network 4556932 1280

Téléchargez le rapport (PDF)